Chronique Japonaise

Visite du musée mémorial Shiki de Matsuyama

Matsuyama (松山市) sur l’île de Shikoku – une petite ville provinciale dont la modernité semble restée figée dans les années 70’ par endroits. Mais elle possède un beau château (1603), l’un des plus anciens onsen du Japon et c’est la ville natale de Masaoka SHIKI, le fondateur du Haïku moderne, qui y a son musée.

Façade du musée mémorial Shiki.

Shiki signifie ‘coucou’, dont les japonais disent qu’il chante jusqu’à tousser du sang puisque l’intérieur de la gorge est rouge. Shiki qui avait la tuberculose, dont il est mort à 35 ans, adoptait ce nom.

Visiter un musée sur un poète où presque tout est écrit en japonais… presqu’un exercice de méditation…

Original du premier poème écrit par SHIKI

Scène reconstituant : les trois derniers haïkus de Shiki recueillis par sa jeune sœur.

 Le contact s’est établi avec François Vitalis, fondateur du Photaïku français.

Le beau livre du musée permet d’approcher un peu plus le poète SHIKI.

À voir actuellement.

Margret et François Vitalis